Créez des événements dans Google Analytics

Les événements sont des éléments très importants des outils de web-analyse. En effet, la navigation au sein d’un site web ou d’une application mobile est faite d’interactions sur ou entre les pages constituant le service.
Voici quelques exemples d’événements mesurables : clic sur un bouton, détection d’erreurs, déclenchement d’une étape spécifique dans une application, ….
C’est donc un élément essentiel car mis en parallèle avec le tracking des pages, il vous fournira une analyse complète de votre service. Cependant, au contraire des pages qui sont assez triviales à tracker, les événements requièrent un peu plus de rigueur afin de ne pas se tromper.
Par le passé, j’ai eu affaire à des situations où les événements étaient très mal définis (et ceci même par des entreprises dites spécialisées possédant les certifications Google !). Il était alors très difficile de savoir à quel tag correspondait telle action (à moins d’aller voir dans le code !) et donc de tirer des conclusions facilement. Il me semble donc important de savoir comment fonctionnent les événements.

Comment sont définis les événements dans GA ?

Dans cet outil, ils sont définis par quatre éléments : Catégorie / Action / Label / Valeur
Les trois premiers permettent de caractériser totalement un événement et il faut les voir comme des poupées russes avec un niveau de détail allant du plus global au plus fin. Le quatrième est facultatif et permet de mettre une valeur à un événement (par exemple le montant d’un achat).

A noter (et c’est important pour la suite) qu’il est possible de suivre chaque élément indépendamment grâce aux rapports de Google Analytics (Tendance, Nombre, …). Il est également possible de créer des objectifs ou des segments à partir de ces événements, en se basant sur chacune des parties ou en les mélangeant.

Suivi des événements
Sur cet exemple, on voit bien le découpage catégorie / actions / libellé ainsi que la possibilité de suivre chacun séparemment

 

segment
Construction d’un segment en se basant sur les événements

Créer un événement se fait en deux étapes. Tout d’abord il faut définir quand vous souhaitez qu’il se déclenche et ensuite comment (ie sous quel nom) vous souhaitez qu’il apparaisse dans l’outil. Ces deux étapes nécessitent un peu de développement mais surtout de la réflexion pour ne pas vous tromper.

Comment procéder ?

Définition :

Avant de commencer, il faut bien avoir en tête que Google Analytics est un outil qui donne une mesure quantitative de la navigation au sein de votre site web ou de votre application mobile. Ainsi, à l’instar des pages vues, les événements doivent refléter au maximum la manière dont vous souhaitez que les gens utilisent votre service, il faut bien intégrer ce point lorsque vous réfléchirez à votre plan de taggage, ceci afin de pouvoir faire des analyses pertinentes par la suite.

Exemple : Dans un formulaire, souhaitez-vous suivre chaque changement de champ ou juste à la validation ? Dans un jeu mobile, souhaitez-vous suivre toutes les apparitions d’un bonus ou seulement quand l’utilisateur les récupère ?

Nomenclature :

Le nommage de vos événements doit également être bien réfléchi car cela a plusieurs implications. De manière très simple, il faut imaginer que vous pouvez décider de suivre plusieurs dizaines d’événements différents au sein de votre site ou application. Certains seront très proches et ne différeront que par leur localisation par exemple (page différente ou au sein d’une même page). Avoir une bonne nomenclature permet ainsi de favoriser le regroupement de ces événements en formant des familles et ainsi de faciliter la lecture, la maintenance ou les évolutions possibles. Mais également, si les regroupements sont cohérents, vous pourrez suivre distinctement leurs performance (le nombre d’ajout au panier augmente sur tout le site par exemple). Vous souhaiterez également créer des segments ou des objectifs à partir de ces événements, une bonne nomenclature permet alors d’en faciliter la mise en place.

Exemples_événement
Sur les deux premiers exemples, faut-il un événement pour chaque affichage d’élément (pièce et boite de dialogue) ?
Sur le dernier, voici plusieurs actions sur une même page mais liés à des produits différents

Mais je vous entends venir, comment utilise t’on chaque élément de nommage ? Voici quelques éléments utiles qui seront illustrés par la suite sur un exemple.

Quelques best practices

Ce ne sont pas des règles clairement établies et dictées par Google ou autre, mais seulement ce que je retiens de mon expérience personnelle.

Regroupez les événements sous les mêmes caractéristiques aussi ‘loin’ que possible. Par exemple deux événements identiques mais sur des pages différentes ne seront différents que par leur libellé (qui sera alors leur page).
Toujours utiliser le même type de nomenclature. Tout en majuscule, tout en minuscule, majuscules au début, mots séparés par des tirets (-, _). Comme vous le souhaitez, mais fixez-vous une règle et tenez-vous en ! Pour ma part, je n’utilise que des minuscules et je sépare les mots par des « _ ».
 – Soyez rigoureux, veillez à ce qu’un même nom ne soit utilisé que dans une seule partie. Par exemple ne pas utiliser le même pour une action et un libellé. Pour éviter ceci, une bonne pratique est de réutiliser le nom du conteneur précédent dans le conteneur actuel (par exemple réutiliser la catégorie dans l’action : catégorie_action et la catégorie et l’action dans le libellé : catégorie_action_libellé), pas obligatoire mais cela permet d’éviter au maximum les erreurs.
– Vous pouvez utiliser le rapport e-commerce de Google Analytics si vous voulez avoir plus de détails sur vos transactions. Cependant un événement avec une valeur pour toutefois suffire dans un premier temps, le rapport e-commerce n’étant pas forcément trivial à mettre en place et Google Analytics n’étant pas un service de compta.
Créez un document de référence et mettez-le à jour ! C’est important, pensez aux personnes qui viendront après vous et qui devront comprendre votre syntaxe.
Voyons maintenant ceci sur un exemple simple :
Imaginez un site web sur lequel plusieurs interactions sont possibles : mise au panier (qui peut se faire à 2 endroits), achat (sur une page) et une section de filtres (plusieurs filtres utilisables sur une même page).
Comment fait-on ? Déjà on voit qu’il n’y a que trois actions, les deux mises au panier ne se différenciant que par la page et les filtres par leur valeur, on vient de définir en même temps les libellés.
Ensuite, mise au panier et achat font partie de la même famille car concernent tous deux un process de transaction, cela permet de les regrouper au sein d’une même catégorie.
Ainsi, voilà ce que l’on obtient :
Plan de taggage correct
Plan de taggage correct
 Comparons avec une autre méthode possible où la catégorie est au niveau de la page (ce que j’ai déjà vu en vrai) :
On voit sur cet exemple que c'est plus compliqué à comprendre
On voit sur cet exemple que c’est plus compliqué à comprendre
Alors oui, l’exemple est volontairement caricatural … mais pas forcément trop loin de la réalité.
Sur le premier exemple, il y a bien trois catégories clairement identifiées qui ont le rôle de tiroir par rapport aux actions existantes.
Le deuxième semble tout de suite plus complexe, si chaque page est utilisée comme catégorie, on voit que l’on perd facilement le contrôle des événements existants sur le site. L’exemple ne montre d’ailleurs qu’une action (l’ajout au panier) par manque de place ! D’autant plus que Google Analytics donne accès à un rapport présentant les événements associés à chaque page.
Prendre les pages comme catégorie était un exemple. Faites vous-même l’exercice avec d’autres règles plus complexes ou encore avec une nomenclature qui diffère à chaque fois et vous verrez où cela va vous mener !
Une dernière petite note sur les libellés. Dans le premier exemple, ils désignent soit une page (dans le cas de l’ajout au panier), soit un produit (dans le cas de l’achat ou filtre). c’est à vous de décider, je préconiserai d’utiliser des données de navigation autant que possible, mais cela dépend dans le cas de filtre, le type de filtre peut avoir plus de valeur que sa page (surtout si vous pouvez la récupérer par la suite).
Cela termine ce petit cours de méthodologie sur les événements. J’espère avoir été assez clair, il me semble important de bien maîtriser cette notion, surtout si vous devez analyser la performance de votre service par la suite et prendre des décisions par rapport à ça.

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *